Mot clé
Prev/Next
Établissement
Prev/Next
Sujet
Prev/Next
Recherche par:

Vous êtes ici

Des technologies propres pour une énergie propre

La recherche appliquée de SAIT Polytechnic produit de l’énergie de façon plus durable
Le 22 avril 2013

Faisant l’objet d’une surveillance toujours plus serrée du public, les entreprises énergétiques cherchent à mettre au point des technologies et des procédés améliorés pour assurer la pérennité de leurs activités.

Axée sur les technologies d’énergie propre, l’unité des Applied Research and Innovation Services (ARIS) du SAIT Polytechnic, situé à Calgary, est le catalyseur idéal pour contribuer à « l’amélioration du bilan environnemental albertain lié aux sables bitumineux et aux différents secteurs industriels et commerciaux », explique Vita Martez, chef de projet du groupe Environmental Technologies, ARIS.

La demande énergétique mondiale n’a jamais été aussi grande, ce qui confère une importance accrue aux efforts déployés par ARIS en vue de réduire les répercussions de l’industrie sur l’eau, l’air et le sol. ARIS rend possible la conception, le développement, la mise à l’essai et la validation de processus, de produits et de services reposant sur des technologies novatrices. Ses recherches visent l’adoption et l’application de nouvelles technologies efficaces par l’industrie. « Nous voulons inciter les industries de la région à utiliser des technologies propres et éprouver des solutions écologiques durables de production d’énergie », poursuit Mme Martez.

Grâce au financement d’infrastructure de 800 000 dollars du Fonds collège-industrie pour l’innovation (FCII) de la Fondation canadienne pour l’innovation (FCI), Mme Martez et son équipe achèteront divers équipements : de nouvelles plateformes de test permettant d’utiliser moins d’eau douce et d’améliorer le recyclage et la réutilisation de l’eau traitée dans la production d’énergie; un laboratoire mobile d’échantillonnage et d’analyse du sol, et de mise à l’essai de technologies d’assainissement novatrices sur le terrain; des systèmes de surveillance de la qualité de l’air pour détecter de faibles concentrations de composés nocifs, aider à l’évaluation des technologies d’amélioration de la qualité de l'air et capter les sous-produits chimiques dangereux avant leur rejet dans l’atmosphère.

Au moyen de ces nouveaux équipements, ARIS sera mieux positionné pour fournir des services de prototypage et d’évaluation, et concrétiser les occasions de commercialisation. ARIS veut d’abord et avant tout contribuer à l’amélioration du bilan environnemental associé à la production d’énergie, afin que l’industrie surpasse les exigences réglementaires. « Nous prévoyons ouvrir de nouvelles voies transformatrices du secteur régional de l’énergie, commente Mme Martez. Par ces capacités de recherche, nous démontrerons que des technologies propres novatrices sont prêtes à être commercialisées, permettant ainsi à nos partenaires du secteur privé d’atteindre le rendement du capital investi visé plus rapidement. »

Le groupe Environmental Technologies, ARIS, a déjà réalisé plusieurs projets de recherche appliquée sur le traitement de l’eau de fracturation, le dessalement solaire de l’eau de mer pour la production d’eau potable, l’accélération de l’assainissement des eaux usées grâce au procédé d’aération par nanobulles et les systèmes de confinement des hydrocarbures en cas de déversement accidentel de pétrole.

Ce dernier projet a été mené en collaboration avec la société Canadian Floating Fence Corporation (CFFC) de Calgary. Il s’agissait de mettre à l’essai le XBOOM, un système de confinement que l’on peut rapidement déployer à la surface de tout plan d’eau pour contenir les déversements de pétrole et prévenir leurs effets néfastes sur l’environnement. Le personnel et les étudiants de SAIT ont ainsi mis leur expertise en pratique et CFFC a profité du soutien scientifique dont elle avait besoin pour concrétiser son idée. « Non seulement nous disposions des outils technologiques les plus avancés, mais nous étions également guidés par les chercheurs et leurs étudiants, explique Stephen Neal, président-directeur général de CFFC. Ils ont accepté nos idées et nous ont permis de concrétiser notre vision en très peu de temps. »

« Nous offrons à nos partenaires de l’industrie un avantage concurrentiel en les aidant à mener des projets de recherche appliquée sur la mise au point de produits et l’amélioration de procédés, en mettant à contribution des étudiants compétents du SAIT qu’ils pourront embaucher lorsque leur entreprise prendra de l’expansion », observe Alex Zahavich, directeur, ARIS.

Forts de ces projets et de ces partenariats, ARIS continue d’élargir ses recherches sur les énergies propres en abordant les problèmes liés à l’eau, au sol, à la qualité de l’air et aux gaz à effet de serre auxquels sont confrontés les secteurs industriels, comme ceux de l’agriculture, du transport, de l’infrastructure et de l’énergie. « Comme les effets de la pollution causée par la production d’énergie sont étroitement liés, les infrastructures permettront aux partenaires de l’industrie d’examiner les questions environnementales liées à l’air, au sol et à l’eau, ce qui favorisera l’adoption de nouvelles technologies grâce à la démonstration et à la validation menées dans les projets pilotes », estime Mme Martez.

Le SAIT utilisera la nouvelle contribution du FCII pour développer d’autres infrastructures clés, notamment son centre de recherche sur l’eau produite et le dessalement, pour tirer parti des projets de recherche importants effectués par ARIS sur l’eau saline et l’eau produite (l’eau produite lors de l’extraction du pétrole et du gaz). Cette contribution s’ajoute au financement déjà accordé par la FCI au Green Building Technologies Group, ARIS, et à une subvention de 2,3 millions de dollars pour la recherche sur l’eau produite octroyée à SAIT en mars 2011 par le Programme d'innovation dans les collèges et la communauté du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada.

Le programme de recherche appliquée d’ARIS montre que les technologies propres peuvent mener à des solutions qui assurent la protection de l’air, du sol et de l’eau. Ce faisant, ARIS aide à prévenir et à atténuer les effets néfastes de la production d’énergie sur l’environnement. « Pour le Canada, l’adoption des technologies de l’énergie propre par l’industrie est une occasion de devenir un chef de file mondial dans le cadre de la transition entamée vers la production d’énergie à empreinte carbone réduite et d’énergie écologique durable », conclut Mme Martez.

Autrement dit, ARIS aidera le Canada à produire de l’énergie plus propre.